La Neversoise Mamignan Touré a rejoint Nice et intégré l’équipe de France A’

La Neversoise Mamignan Touré a rejoint Nice et intégré l’équipe de France A’

La progression de Mamignan Touré se poursuit cette année à Nice, en championnat comme en Coupe d’Europe, et en équipe de France A’.

 

Mamignan Touré s'est offert un beau cadeau. La veille de son anniversaire, la Neversoise a marqué 13 points, son record cette saison, lors de la victoire de Nice contre le leader, Bourges (77-70). Une performance de choix qui installe le Cavigal dans la première moitié de tableau et confirme les progrès de l'arrière de 22 ans désormais.

Cinquième en championnat, à deux points des leaders et avant le dernier match de l'année, à Angers, demain, les Niçoises sont toujours en course en Eurocup, où elles affronteront les Turques de Bellona en huitième de finale, en janvier. Des performances collectives et individuelles qui ont permis à Mamignan Touré d'intégrer l'équipe de France A', reformée cette année par la fédération, avec l'objectif de « développer le sentiment d'appartenance à l'équipe nationale ». De quoi surmotiver Mamignan Touré au moment de retrouver Nevers et sa famille, pour les fêtes de fin d'année.

Comment s'est déroulée votre intégration à Nice ? 

C'était assez dur au début car nous étions sept nouvelles joueuses et il a fallu trouver des repères collectifs. En plus, le championnat est très homogène cette année et c'est un très bon challenge car tout le monde peut battre tout le monde.

Jouer en Coupe d'Europe doit aussi être un plus ? 

Oui, c'est très riche, on découvre d'autres baskets et on doit être prête à jouer deux fois par semaine. Physiquement, j'arrive à me maintenir, mais ça demande d'avoir une hygiène de vie irréprochable. L'inconvénient, c'est qu'on n'a pas beaucoup de séance de travail collectif. On est soit à la salle soit en déplacement, on fait beaucoup de récupération. La pause de Noël va faire du bien.

En championnat, quels sont les objectifs du Cavigal ? 

On essaye juste de gagner le plus de matches possibles. On les prend les uns après les autres. De toute façon, chaque match à son histoire et on cherche juste à tout donner pour ne rien regretter. Ce qui est dommage, c'est qu'on a battu de bonnes équipes et perdu contre d'autres plus faibles. Mais c'est la preuve que le championnat est homogène.

Individuellement, que vous apporte ce club ?

Je sens que j'ai encore des progrès à faire et, à Nice, je peux y arriver. Ce n'est qu'un début. Je dois être plus régulière, gagner en constance, notamment dans mes choix offensifs. Défensivement, je suis plus au point.
 

Vous avez été appelée en équipe de France A'. Comment cela s'est passé ?

Je l'ai appris deux semaines avant le rassemblement, en novembre. L'objectif est de créer une continuité pour les filles qui ont été dans les sélections de jeunes et de poursuivre l'aventure en équipe de France. C'est un groupe élargi, qui n'est pas fermé et je suis très heureuse d'en faire partie.

En dehors du basket, comment est la vie à Nice ? 

C'est très agréable. Quand je vais rentrer à Nevers, je vais serrer les dents (rire). Là, il fait 15° et je suis dehors… 

 

Vincent Darbeau